Chirurgie de l’œil : quelles sont les techniques principales ?

0
196

Les troubles visuels sont très dangereux, car ils sont souvent irrémédiables. Si certains peuvent être corrigés avec le port de lunettes ou autres traitements médicamenteux, d’autres nécessitent une intervention chirurgicale. À cet effet, plusieurs techniques pour la chirurgie de l’œil sont utilisées par les professionnels.

Le Lasik, la technique de référence pour une chirurgie de l’œil

Le Lasik est la technique la plus répandue pour une chirurgie de l’œil, notamment en raison de sa simplicité. Utilisé par les chirurgiens depuis 1990, le Lasik a été perfectionné au fil des ans grâce aux avancées technologiques. En plus d’être sans danger, il se distingue par sa grande précision, et favorise une intervention indolore. Avec cette technique, vous recouvrez la vue normalement en moins de 24 h. Une opération chirurgicale de l’œil réalisée avec la technique du Lasik se déroule le plus souvent en deux grandes étapes.

La préparation de l’opération au Lasik

En premier lieu, il y a la préparation. À ce niveau, le chirurgien utilise un laser femtoseconde. Avec une excellente précision de découpe, cet outil permet de séparer la partie superficielle de la cornée sur une épaisseur de 0,1 mm. À l’issue de cette première intervention, il sera obtenu un « volet », encore connu sous le nom de « capot ». En principe, la durée d’utilisation du laser est comprise entre 15 et 20 secondes. Durant ce laps de temps, aucun bruit ni odeur n’est émis. Vous ne ressentirez d’ailleurs pas la moindre douleur.

Le traitement de l’œil avec l’opération au Lasik

En deuxième lieu, il y a le traitement proprement dit. En réalité, c’est ici que le problème visuel dont vous souffrez sera réellement traité. À cet effet, le chirurgien a recours au laser excimer. Contrairement au femtoseconde, celui-ci est légèrement plus bruyant et émet une odeur subtile. Néanmoins, il demeure totalement indolore.

Le traitement ne dure que quelques secondes. Plus le problème visuel est grave, et plus longtemps durera le traitement. Il n’excédera cependant pas 20 secondes. À l’issue du traitement, l’œil opéré sera rincé. Sans suture, le volet est remis à sa place initiale, permettant ainsi à la plaie d’être fermée intégralement. En ce qui concerne les perturbations (picotements, larmoiement, légère brûlure) qui surviennent le plus souvent après une opération de l’œil, elles durent moins de 4 heures.

Par ailleurs, il convient de préciser que l’opération en intégralité est réalisée sous anesthésie locale, notamment par administration de gouttes. De concert avec votre chirurgien, vous pouvez ajouter un cachet relaxant à l’anesthésie. Pour une chirurgie des deux yeux, vous passerez normalement moins de 20 minutes au bloc opératoire.

Chirurgie de l'œil technique

La PKR, une technique efficace de chirurgie de l’œil

La PhotoKératectomie à visée Réfractive ou encore PKR est une technique utilisée en France depuis plus de 30 ans par les spécialistes de la chirurgie des yeux. Elle offre une excellente garantie de résultats et n’a presque jamais été l’objet de polémique depuis 1990. Contrairement au Lasik, la PKR n’est pas totalement indolore. De plus, les perturbations qui surviennent après l’opération durent un peu plus longtemps. Mais malgré ces quelques limites, la PKR reste une technique efficace très recommandée par les chirurgiens avertis. D’ailleurs, elle apparaît comme étant l’alternative idéale lorsque le Lasik est irréalisable du fait de certaines contre-indications (taie cornéenne, cornée trop fine). Son coût modéré en fait une solution beaucoup plus accessible.

La PKR est une technique de chirurgie dont le but est de corriger les problèmes visuels affectant la cornée. À l’instar de la technique du Lasik, celle-ci se déroule également en deux grandes phases.

La préparation de l’opération à la PKR

Au cours de la première étape, celle de la préparation, le chirurgien va procéder au retrait de l’épithélium cornéen sur un diamètre d’environ 8 mm. Il s’agit d’une sorte de tissu qui recouvre la cornée. En effet, pour retirer l’épithélium cornéen, les techniques employées varient d’une clinique des yeux à une autre. Les plus courantes sont la fonte à l’alcool, le grattage, et la disruption au laser.

Le traitement de l’œil avec l’opération à la PKR

La deuxième phase est celle du traitement. Elle est principalement axée sur l’utilisation du laser excimer. Grâce à cet outil, le chirurgien va réaliser un remodelage de la cornée. Après cela, il va recouvrir la plaie d’une lentille de contact non correctrice encore appelée « lentille pansement ». Pour que l’épithélium puisse se régénérer, la lentille sera maintenue entre 3 à 5 jours. Elle ne sera retirée qu’à l’occasion de votre premier contrôle postopératoire.

La technique Smile, une combinaison du Lasik et de la PKR

SMall Incision Lenticule Extraction ou Smile est la toute dernière technique de chirurgie des yeux à avoir été inventée. Elle est considérée à ce jour comme étant la méthode la moins invasive pour le traitement de la myopie et des troubles similaires. Créée en 2010, la technique de chirurgie Smile est une version évoluée du Lasik et de la PKR combinés. Tirant le meilleur parti de ces deux techniques majeures, cette méthode se positionne aujourd’hui comme une solution efficace avec peu de limites.

Une technique plus conservatrice

Lors de l’opération, l’outil principalement utilisé par le chirurgien est le laser femtoseconde. Avec celui-ci, il procède à la découpe d’une lenticule à l’intérieur de la cornée. C’est la même zone qui est le plus souvent rabotée dans une chirurgie PKR ou Lasik à l’aide d’un laser Excimer. Après la découpe, la lenticule est ensuite retirée lors d’une mini incision réalisée à la pince. Une fois l’ablation de la lenticule effectuée, sa nouvelle forme permettra au chirurgien de procéder à la correction du défaut visuel. À la différence du Lasik, cette méthode de chirurgie ne requiert pas le découpage d’un volet dans la cornée. Elle est donc beaucoup plus conservatrice. En préservant les nerfs cornéens, elle réduit la sécheresse oculaire postopératoire.

Une vue retrouvée rapidement

À travers une augmentation de la résistance cornéenne, la technique Smile permet de diminuer les risques d’ectasie postopératoire. Avec cette technique, non seulement vous ne ressentirez aucune douleur pendant et après l’opération, mais en plus, vous recouvrerez la vue très rapidement. Contrairement à la PKR, la méthode Smile n’est pas contre-indiquée aux athlètes spécialisés en sports de combat.

La Trans PKR, la nouvelle version de la technique de chirurgie de l’œil

La transépithéliale, plus connue sous le nom de Trans PKR, est une technique de chirurgie d’apparition récente. En réalité, il ne s’agit pas réellement d’une nouvelle méthode de chirurgie, mais plutôt d’une version améliorée de la PKR. Les deux techniques se ressemblent à plusieurs égards, notamment en termes de déroulement et d’efficacité. Néanmoins, elles comportent quelques différences.

Une opération totalement indolore

En effet, une opération transépithéliale suit la même procédure qu’une PKR, du retrait de l’épithélium cornéen jusqu’à l’étape du recouvrement de la plaie par une lentille pansement. La seule différence notable est que lors de la Trans PKR, il n’y a aucun contact entre le chirurgien et votre œil. Celui-ci utilise exclusivement le laser excimer, et l’opération est totalement indolore. Et contrairement à la technique du Lasik, la création d’un capot n’est également pas nécessaire. Les résultats obtenus dans le cadre d’une opération transépithéliale sont comparables à ceux d’une PKR. Les contre-indications sont les mêmes pour les deux techniques.

Une technique adaptée pour certains troubles visuels

La Trans PKR est aussi particulièrement plus adaptée pour le traitement de certains troubles visuels. Par exemple, pour l’astigmatisme et une myopie à partir de – 1 dioptrie, la Trans PKR est la technique la plus recommandée par les chirurgiens. Il en est de même pour une hypermétropie à partir de +1,5 dioptrie. La PKR classique peut être utilisée pour le traitement de ces troubles certes, mais sa version améliorée est préférée en raison de ses avantages. En effet avec la Trans PKR, la zone désépithélialisée est strictement limitée à la zone de traitement. De ce fait, la cicatrisation est accélérée, soit 24 h de moins comparé à une PKR classique.

En résumé, pour le traitement de votre problème visuel, vous avez le choix entre les techniques PKR, Lasik, Trans PKR, et Smile. Avant de choisir l’une d’entre elles, prenez le soin de bien vous renseigner sur ses effets secondaires. Dans tous les cas, l’idéal est de suivre les conseils de votre médecin traitant.

Je suis une jeune maman de 2 petits garçons, j'ai la trentaine et je suis infirmière. On pourrait dire que j'ai 2 métiers ! Etre maman m'a fait découvrir une nouvelle vision de la vie notamment sur la santé, l'alimentation et le sport. Je vais vous partager toutes mes trouvailles, mes connaissances sur ce blog.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici