Tout savoir sur la constipation

0
281
femme constipée mal au ventre

Vous êtes – souvent ou depuis peu – constipée ?

Vous n’êtes pas seule… les Français, et de manière générale tous les Occidentaux, sont plus constipés qu’autrefois.

La plupart du temps à cause du mode de vie moderne. Nous allons tenter de répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Pourquoi est-on constipée?

Pour aller de la bouche où vous savez, les aliments mettent habituellement 2 à 3 jours. Après un passage éclair dans l’œsophage puis de 2 à 4 heures dans l’estomac où ils sont réduits en bouillie et transformés chimiquement, ils continuent leur voyage dans l’intestin grêle pendant 4 à 5 heures et ensuite dans le côlon, (le gros intestin) où ils séjournent environ 2 jours.

Les fibres contenues dans certains aliments et les liquides assurent consistance et volume suffisants pour stimuler les contractions des muscles du côlon et faire progresser les selles vers la sortie. A partir de là, il est facile de comprendre que si vous mangez peu de végétaux riches en fibres (fruits, légumes, céréales) et si vous ne buvez pas beaucoup (de l’eau), vous aurez tendance à être un peu « coincé ».

Faut-il aller aux toilettes, à la selle tous les jours ?

Non, cette croyance bien ancrée est abusive. Le fonctionnement de l’appareil digestif varie d’une personne à l’autre. A chacune son rythme.

La constipation occasionnelle

Liée à la vie active, à un déplacement professionnel, un alitement de plusieurs jours ou encore à des repas décalés, à un voyage, elle est un symptôme fréquent et désagréable que l’on peut résoudre. Pas la peine de s’inquiéter et de rester mal à l’aise.

Il y a constipation et constipation. Beaucoup de personnes pensent être constipées si elles ne vont pas à la selle tous les jours. Médicalement, on considère une personne constipée à partir de 3 jours sans émission de selles. Alors, pas de panique ! La fréquence du passage aux toilettes dépend des habitudes de vie, et varie d’une personne à l’autre. Ceci étant, il peut arriver à tout le monde d’être constipé pendant une période donnée.

Comment soigner une constipation occasionnelle ? Les règles d’hygiène de vie ne sont pas toujours faciles à suivre, mais elles sont indispensables ; 3 d’entre sont particulièrement importante :

  • Boire beaucoup d’eau, notamment le matin à jeun.
  • Manger des légumes verts et des fruits.
  • Faire de l’exercice : monter les escaliers, marcher au lieu de prendre sa voiture…

Pourquoi la constipation touche plus les femmes ?

Les raisons de cette réalité (70 à 75%) sont mal connues mais le rôle des variations hormonales est probable.

Nous sommes souvent constipées pendant les règles, les grossesses et lors d’un accouchement.

L’anxiété et les tendances dépressives sont peut-être des facteurs favorisants, d’autant plus qu’ils peuvent conduire à la prise de médicaments qui ralentissent le transit intestinal.

Certaines femmes semblent aussi avoir un profil psychologique particulier, avec souvent une petite enfance marquée par un apprentissage trop rapide de la propreté par la mère.

Les médicaments constipants

Si votre constipation est récente et que vous n’avez pas changé d’habitudes alimentaires, peut-être prenez-vous un médicament constipant.

Leur liste est longue : opiacées (dérivés de l’opium), antidépresseurs, tranquillisants, antitussifs à base de codéine ou de codéthyline, bêtabloquants, pansements intestinaux, médicaments à base de fer..

La constipation cède généralement à l’arrêt de ces médicaments. Si vous ne pouvez pas interrompre votre traitement, enrichissez votre régime alimentaire en fibres, buvez davantage (plus de 1,5 litre d’eau par jour), faites de l’exercice et si cela ne suffit pas, parlez-en à votre médecin qui vous recommandera un laxatif adapté.

La constipation peut elle être grave ?

Ce n’est pas une maladie véritable comme la grippe, par exemple, mais un symptôme comme la toux ou la fièvre. Mais ce peut être le symptôme d’une maladie plus ou moins grave, une maladie de l’intestin (tumeur), endocrinienne (hypo ou hyperthyroïdie, diabète), neurologique (Parkinson).

Il faut donc s’inquiéter si elle s’est manifestée récemment sans cause apparente, si elle ne cède pas à quelques moyens simples et à fortiori si elle s’accompagne d’autres symptômes tels que fatigue et amaigrissement. Consultez votre médecin qui demandera éventuellement des examens complémentaires (prise de sang, radio, coloscopie…)

Quand la constipation est liée non pas à un ralentissement intestinal mais à une perte de la sensation du besoin d’aller à la selle ou à une insuffisance musculaire, les matières s’accumulent anormalement, deviennent compactes et dures : c’est un fécalome. Au bout de quelques jours, des symptômes particuliers apparaissent : sensation de pesanteur, poussées rectales, faux besoins, parfois fausse diarrhée. Dans ce cas, il faut impérativement voir un médecin qui vous conseillera des petits lavements ou certains laxatifs.

Comment évité d’être constipé ?

C’est finalement simple.

Primo : buvez abondamment (eau, jus de fruits, tisane…). Entre les boissons proprement dites et l’eau apportée par les aliments, l’apport hydrique idéal est de 2 litres et demi par jour.

Secundo : mettez à votre menu quotidien plusieurs végétaux riches en fibres, préférez le pain complet au pain ordinaire ou prenez des céréales (sans excès) au petit déjeuner. La soupe est excellente pour le transit car elle apporte à la fois des légumes et de l’eau.

A savoir : on ne trouve pas ou très peu de fibres dans les produits laitiers, les viandes, les volailles, la charcuterie, les poissons et les œufs.

Tertio : « bougez-vous » un peu tous les jours, sport, marche, gymnastique, pour tonifier les muscles de l’abdomen.

Comment traiter la constipation ?

Les laxatifs (en comprimés, gélules ou solutés buvables) rendent des services appréciables lorsque la constipation est occasionnelle et due à une alimentation inadaptée ou à des circonstances particulières (en voyage par exemple à cause des changements alimentaires, d’habitudes , de climat).

Mais attention aux abus car, à la longue, ils deviennent irritants, provoquent douleurs abdominales et diarrhées et agissent avec moins d’efficacité, ce qui oblige à augmenter les doses et risque de provoquer une « maladie des laxatifs » dont le traitement est difficile.

Après un opération ou une immobilisation prolongée, les suppositoires ou les microlavements permettent de « relancer » la machine, mais, là encore, pas d’utilisation prolongée.

La constipation chez l’enfant

La constipation est loin d’être exceptionnelle chez les enfants. Si elle existe dès la naissance, le médecin recherchera une insuffisance du fonctionnement de la glande thyroïde ou une anomalie congénitale du côlon.

Plus tard, si l’enfant pleure quand il va aux toilettes, il s’agit peut-être d’une fissure anale, souvent due au passage « forcé » d’une selle trop dure ou trop importante, elle-même déjà liée à un problème de transit intestinal.

Pensez aussi à certains médicaments qui ralentissent le transit : contre la toux, à base de calcium, sédatif, etc… Mais le plus souvent, comme chez les adultes, un déséquilibre alimentaire (manque de fruits et de légumes, boissons insuffisantes) est en cause.

Je suis une jeune maman de 2 petits garçons, j'ai la trentaine et je suis infirmière. On pourrait dire que j'ai 2 métiers ! Etre maman m'a fait découvrir une nouvelle vision de la vie notamment sur la santé, l'alimentation et le sport. Je vais vous partager toutes mes trouvailles, mes connaissances sur ce blog.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici