Comprendre la douleur derrière la cuisse juste sous le fessier

|

Une douleur derrière la cuise juste sous le fessier n’est pas rare. En effet, vous n’y prenez pas compte puisqu’elle ne fait pas trop mal. Cependant, lorsque cette douleur devient intense pendant votre déplacement, elle doit vous mettre la puce à l’oreille. Vous pouvez être en face du syndrome de Piriforme qui n’est rien d’autre qu’une irritation du nerf sciatique. Le syndrome piriforme est une affection dans laquelle le muscle piriforme, situé dans la région des fesses, a des spasmes et provoque des douleurs dans la région des fesses. Le muscle piriforme peut également irriter le nerf sciatique voisin, provoquant une douleur, un engourdissement et des picotements à l’arrière de la jambe et dans le pied (semblables à la douleur sciatique).

Dans cet article, nous faisons pour vous la lumière sur cette douleur.

Les causes d’une telle douleur

Vous avez certainement constaté que lorsque vous rester assis trop longtemps, vous avez un engourdissement des fessiers. Parfois, c’est une véritable douleur tel un coup de couteau qui se fait ressentir au niveau du nerf sciatique. Pour d’autres personnes, la douleur derrière la cuisse juste sous le fessier est perçue comme étant une douleur à l’os pelvien ou à la grande hanche. Si cette douleur n’est pas toujours désagréable, elle bloque parfois certaines personnes dans l’accomplissement de leur tâche quotidienne.

Les causes d’une telle douleur, sont variables. En effet, elle peut provenir d’un problème au niveau des fesses ou d’une autre partie de votre corps. La douleur peut venir du bas du dos ou des muscles de la cuisse.

Le muscle piriforme

Le muscle piriforme est un petit muscle situé dans la partie profonde des fesses (derrière le grand fessier).

  • commence au bas de la colonne vertébrale et se raccorde à la surface supérieure de chaque fémur
  • aide à la rotation de la hanche et à la rotation de la jambe et du pied
  • s’étend en diagonale, le nerf sciatique passant verticalement directement en dessous (bien que chez certaines personnes, le nerf puisse traverser le muscle).

Les manifestations d’une telle douleur

Une douleur derrière la cuisse juste sous le fessier peut se manifester de différente manière. Il peut s’agir :

D’une sciatique

La sciatique est la manière dont se présente une douleur au niveau du nerf sciatique (le nerf le plus long du corps). Le nerf sciatique va du bas de votre dos pour finir dans vos pieds. Vous comprenez donc que lorsque le nerf sciatique est irrité ou comprimé, la douleur rayonne dans l’ensemble du corps. Une douleur derrière la cuisse n’est donc pas impossible à ressentir. La douleur provoquée par le nerf sciatique peut faire très mal ou non.

De la tendinopathie des ischio-jambiers

Ici, la douleur est plus perceptible lorsque vous êtes assis et vous la ressentez dans vos ischio-jambiers. La douleur se répand progressivement dans votre fesse inférieure précisément sur l’os pelvien. En terme d’intensité, la douleur dans les fesses à ce niveau du corps est très élevée comparable à une rage de dent qui n’en finit pas.

De l’ostéarthrite

Pour déterminer les sources de la douleur fessière, l’ostéarthrose est un diagnostic généralement réalisé. En effet, une douleur derrière la cuisse juste sous le fessier peut être due à de l’arthrose. L’arthrose n’est rien d’autre que l’usure de l’une des articulations de votre corps. Lorsque l’arthrose intervient au niveau du dos, des douleurs fessières peuvent se faire ressentir.

Les symptômes engendrés par une telle douleur

Comme nous vous l’avions annoncé en début d’article une douleur derrière la cuisse juste sous le fessier peut être due au syndrome de piriforme. Cette douleur peut s’étendre à d’autres parties du corps ou non. Le syndrome de piriforme a pour symptômes les picotements ou encore l’engourdissement. Cependant, l’engourdissement est un fait rare contrairement aux picotements. Les symptômes du syndrome de piriforme s’aggravent en fonction de la position que vous adoptez. La douleur peut en effet être intense si vous êtes assis ou allongé et moins lorsque vous êtes debout. Certaines activités deviennent comme la marche par la suite désagréables à pratiquer puisqu’elles vous obligent à étirer vos piriforme. Certains patients souffrent même d’une douleur pelvienne.

Les causes exactes du syndrome piriforme sont inconnues. Les causes possibles sont notamment les suivantes :

  • spasmes musculaires dans le muscle piriforme, soit à cause de l’irritation du muscle piriforme lui-même, soit à cause de l’irritation d’une structure voisine telle que la sacro-iliaque ou l’articulation de la hanche
  • contraction musculaire en réponse à une blessure ou à un spasme
  • inflammation du muscle piriforme due à une blessure ou à un spasme
  • saignement dans la région du muscle piriforme.

Tous ces problèmes, ou une combinaison de ceux-ci, peuvent affecter le muscle piriforme (et causer des douleurs dans les fesses) et peuvent affecter le nerf sciatique adjacent (et causer des douleurs, des picotements ou un engourdissement à l’arrière de la cuisse, du mollet ou du pied). Il n’existe pas de test de diagnostic simple pour le syndrome piriforme qui provoque une irritation du nerf sciatique. Le diagnostic est établi principalement sur la base des symptômes du patient et d’un examen physique, et après avoir exclu les autres causes possibles de la douleur du patient.

Le plus souvent, les patients décrivent une sensibilité aiguë au niveau des fesses et une douleur de type sciatique descendant du dos jusqu’à l’arrière de la cuisse, du mollet et du pied. Les symptômes typiques du syndrome piriforme peuvent comprendre

  • une douleur sourde dans les fesses
  • une douleur qui descend à l’arrière de la cuisse, du mollet et du pied (sciatique)
  • des douleurs en montant des escaliers ou des pentes
  • une douleur accrue après avoir été assis pendant longtemps
  • réduction de l’amplitude de mouvement de l’articulation de la hanche
  • Les symptômes du syndrome piriforme s’aggravent souvent après une longue période d’assise, de marche ou de course, et peuvent s’améliorer après une position couchée sur le dos.

Le diagnostic et le traitement de la douleur

Diagnostic du syndrome piriforme
Le diagnostic du syndrome piriforme est basé sur un examen des antécédents médicaux du patient, un examen physique et éventuellement des tests de diagnostic.

Le syndrome piriforme est souvent diagnostiqué après avoir écarté d’autres affections possibles qui pourraient être à l’origine des symptômes du patient, telles qu’une hernie discale lombaire ou un dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque .

Examen physique

L’examen physique comprendra un examen de la hanche et des jambes pour voir si le mouvement augmente la douleur dans le bas du dos ou les membres inférieurs (sciatique).

Habituellement, le mouvement de la hanche recrée la douleur. L’examen permettra également d’identifier ou d’écarter d’autres causes possibles de sciatique, telles que les tests de sensibilité locale et de force musculaire.

Antécédents médicaux

Les antécédents médicaux comprennent un examen approfondi des symptômes du patient, tels que les positions ou les activités qui améliorent ou aggravent les symptômes, la durée des symptômes, si les symptômes ont commencé progressivement ou après une blessure, et les traitements qui ont été essayés.

Elle comprendra également un examen des affections qui pourraient être présentes dans la famille du patient, comme l’arthrite.

Une injection d’anesthésie avec ou sans stéroïdes peut aider à confirmer si le muscle piriforme est à l’origine des symptômes.

Presque toutes les approches de traitement du syndrome piriforme consistent à se concentrer sur l’allongement prudent et progressif du muscle piriforme.

L’étape du diagnostic

Les rayons X et autres études d’imagerie de la colonne vertébrale ne permettent pas de détecter si le nerf sciatique est irrité dans le muscle piriforme. Toutefois, des tests de diagnostic (tels que les rayons X, les IRM et les tests de conduction nerveuse) peuvent être effectués pour exclure d’autres affections pouvant provoquer des symptômes similaires à ceux du syndrome piriforme.

Le diagnostic d’une douleur derrière la cuisse juste sous le fessier se résume généralement à celui du syndrome de piriforme. Cependant, les résultats ne sont pas toujours concluants à première vue. Il faut donc aller loin et faire un diagnostic approfondit. Pour se faire, une IRM peut être faite afin de déterminer s’il s’agit véritablement du syndrome de piriforme. Une neurographie par résonnance magnétique peut également être fait afin de voir clairement le nerf sciatique. Il se peut en effet que la douleur soit due à des changements dans le nerf ou à un gonflement de ce dernier. En dernier recours, vous pouvez faire une électromyographie.

L’étape du traitement

Pour traiter le syndrome de piriforme et faire disparaître la douleur, il vous faudra du repos, des anti-inflammatoires, des relaxants musculaires, des thérapies pour le piriforme ou encore de l’ostéopathie.

Allongement pour le syndrome piriforme

Une variété d’exercices d’étirement pour les piriformes, les ischio-jambiers et les extenseurs de la hanche peut aider à diminuer les symptômes douloureux le long du nerf sciatique et à restaurer l’amplitude de mouvement du patient.

Allongez-vous sur le dos, les deux pieds à plat sur le sol et les deux genoux fléchis. Amenez votre genou droit sur votre poitrine, saisissez votre genou avec votre main gauche, amenez-le sur votre épaule gauche et maintenez-le droit. Répétez pour chaque côté.
Allongez-vous sur le dos, les deux pieds à plat sur le sol et les deux genoux fléchis. Reposez la cheville de votre jambe droite sur le genou de votre jambe gauche. Amenez votre cuisse gauche sur votre poitrine et tenez l’étirement. Répétez pour chaque côté.
publicité
Chaque allongement du piriforme doit être maintenu pendant 5 secondes au début, puis le temps doit être progressivement augmenté jusqu’à ce qu’il soit maintenu pendant 30 secondes, et répété trois fois par jour.

Allongement des ischio-jambiers

L’étirement des ischio-jambiers (le grand muscle à l’arrière de chaque cuisse) est important pour soulager tout type de sciatique. Il existe plusieurs façons d’allonger les ischio-jambiers :

Placez deux chaises l’une en face de l’autre. Asseyez-vous sur une chaise et placez le talon d’une jambe sur l’autre chaise. Penchez-vous en avant, en vous penchant au niveau des hanches jusqu’à ce que vous sentiez une légère traction à l’arrière de votre cuisse, et maintenez l’étirement.
Allongez-vous sur le sol avec les deux jambes droites. Soulevez une jambe et étirez-la en tenant une serviette à l’arrière de votre pied jusqu’à ce que vous sentiez une légère traction le long de l’arrière de votre cuisse.
Là encore, essayez d’augmenter l’étirement pour le maintenir pendant 30 secondes et répétez l’opération trois fois par jour.

Exercices d’amplitude de mouvement

Un kinésithérapeute, un physiatre, un chiropracteur ou un autre spécialiste de la santé qualifié peut élaborer un programme personnalisé comprenant des étirements et des exercices d’amplitude de mouvement pour aider à étirer le muscle et à diminuer les spasmes.

Massage des tissus profonds

Le massage profond (relâchement manuel) effectué par un physiothérapeute ou un autre spécialiste qualifié est censé améliorer le processus de guérison en augmentant le flux sanguin dans la région et en diminuant les spasmes musculaires.

Massage des tissus profond pour enlever douleur sous fessier
Massage des tissus profond

En plus des étirements et de la physiothérapie, la plupart des approches de traitement du syndrome piriforme incluront des thérapies supplémentaires, qui sont abordées à la page suivante.

Selon la gravité de la douleur de type sciatique et d’autres symptômes, un certain nombre d’options thérapeutiques peuvent être recommandées par un professionnel de la santé.

Une approche globale de la gestion du syndrome piriforme peut inclure une combinaison des traitements non chirurgicaux suivants :

  • Thérapie par la chaleur et la glace pour le syndrome piriforme
  • Packs de glace et massage sur glace
  • Lorsque la douleur commence, allongez-vous dans une position confortable sur le ventre et placez une poche de glace sur la zone douloureuse pendant environ 20 minutes. Répétez au besoin toutes les 2 à 4 heures.
Glace pour atténuer douleur sous les fessiers
Utilisation de glace pour soulager la douleur sous les fessiers

Il peut être plus utile de combiner cela avec un doux massage avec de la glace. Allongez-vous sur le ventre et demandez à quelqu’un de masser doucement la zone douloureuse avec un gros glaçon. Si la glace est appliquée directement sur la peau (plutôt que d’utiliser une poche froide), limitez l’application à 8-10 minutes pour éviter une brûlure par la glace.

Si certaines activités spécifiques sont généralement suivies d’une augmentation de la douleur, il peut être judicieux d’appliquer de la glace immédiatement après l’activité.

Thérapie par la chaleur

Certaines personnes trouvent utile d’alterner le froid et la chaleur. Si vous utilisez un coussin chauffant, allongez-vous sur le ventre et placez le coussin sur la zone douloureuse pendant 20 minutes maximum. Veillez à ne pas vous endormir sur le coussin car cela pourrait provoquer des brûlures de la peau.

Électrothérapie pour le syndrome piriforme

Electrostimulation pour atténuer les douleurs sous fessier
Electrostimulation pour réduire la douleur derrière les cuisses

L’application d’une stimulation électrique sur les fesses à l’aide d’une unité de stimulation nerveuse transcutanée (TENS) ou d’un stimulateur de courant interférentiel (ICS) peut aider à bloquer la douleur et à réduire les spasmes musculaires liés au syndrome piriforme.

Précédent

Remède de grand-mère contre les courbatures

Tout savoir sur l’herpès

Suivant

Laisser un commentaire