Qu’est ce que le Baby Blues ?

0
48

C’est le meilleur des temps, c’est le pire des temps. C’est ainsi que 60 à 80 % des nouvelles mamans se sentent quelques jours ou semaines après l’accouchement. Ce qu’on appelle le « baby blues » apparaît (à juste titre) de manière inattendue, entraînant une tristesse et une irritabilité inattendues, des pleurs, de l’agitation et de l’anxiété. Inattendu parce que – et bien, pour une chose, le fait d’avoir un bébé n’est-il pas censé vous rendre heureuse, et non malheureuse ?
En fait, il est facile de comprendre pourquoi le baby blues se produit si vous prenez un peu de recul et si vous examinez objectivement ce qui se passe dans votre vie, votre corps et vos émotions : les changements rapides des niveaux d’hormones (les œstrogènes et la progestérone chutent rapidement après l’accouchement) ; un accouchement physiquement débilitant suivi d’un retour à la maison épuisant – le tout aggravé par les exigences des soins aux nouveau-nés 24 heures sur 24 ; des sentiments de déception (peut-être vouliez-vous un accouchement sans médicaments, mais la douleur a pris le dessus et vous avez demandé une péridurale) ; culpabilité quant à votre réaction face à votre nouveau bébé (vous vous attendiez à être rose et ronde – vous êtes devenue rouge et bouffie) ; difficultés à allaiter (mamelons douloureux, engorgement douloureux) ; malheur quant à votre apparence (pourquoi ai-je encore l’air d’être enceinte de cinq mois et quand pourrai-je remettre mon jean habituel ? ) ; et le stress dans votre relation avec votre partenaire (notre vie romantique redeviendra-t-elle un jour ce qu’elle était ?) Avec une liste de défis à relever aussi impressionnante (et ne parlez même pas de la lessive… que vous n’avez pas encore commencée !), il n’est pas étonnant que vous vous sentiez un peu déprimé.
Le baby blues s’estompera probablement au cours des deux prochaines semaines, à mesure que vous vous adapterez à votre nouvelle vie et que vous commencerez à vous reposer un peu plus (ou, plus vraisemblablement, à fonctionner plus efficacement en prenant moins de repos). En attendant, essayez les conseils suivants pour vous aider à sortir de ce marasme post-partum :

Soyez indulgeant avec vous même.

Vous vous sentez dépassée et inadaptée dans votre rôle de maman débutante ? Il peut être utile de vous rappeler que vous ne le serez pas longtemps. Après seulement quelques semaines de travail, vous vous sentirez probablement beaucoup plus à l’aise dans ces chaussures maternelles. En attendant, réduisez vos attentes pour vous-même (et pour votre bébé). Ensuite, réduisez-les encore un peu. Faites-en votre mantra (même après être devenue une pro de la parentalité) : Il n’y a pas de parent parfait – ou de bébé parfait. Si vous attendez trop, vous vous laisserez tomber. Faites plutôt du mieux que vous pouvez (ce qui, à ce stade, n’est peut-être pas aussi bien que vous le souhaiteriez – mais ce n’est pas grave).

Ne faites pas cavalier seul.


Rien n’est plus déprimant que d’être laissé seul avec un nouveau-né en pleurs, cette montagne de linge craché, un gratte-ciel de vaisselle sale et la promesse d’une autre nuit blanche à venir. Demandez donc de l’aide – à votre partenaire, à votre mère, à votre sœur, à vos amis ou à un service de nettoyage.

Faites-vous plaisir.

  • Allez au cinéma,
  • Dînez avec votre partenaire (et pas forcément au restaurant – il suffit de commander, d’allumer quelques bougies et de savourer la nourriture du mieux que vous pouvez avant que les pleurs ne reprennent),
  • Faites-vous faire une manucure de 30 minutes (quelqu’un acceptera forcément de garder le bébé aussi longtemps)
  • Prenez une longue douche.

Occasionnellement, faites-vous une priorité (et non les soins du bébé ou les travaux ménagers). Vous le méritez !

Habillez-vous.

Cela semble superficiel, mais c’est vrai. Passer un peu de temps à vous faire belle vous aidera en fait à vous sentir bien. Prenez donc une douche et un sèche-cheveux avant que votre conjoint ne prenne le train de banlieue, remplacez les sueurs tachées par une paire propre et pensez à vous maquiller un peu (et à appliquer beaucoup de correcteur). Vous voyez, vous vous sentez déjà mieux !

Sortez de la maison.

C’est incroyable ce qu’un changement de décor peut faire pour votre état d’esprit (surtout lorsque le paysage ne comprend plus cette ferme d’élevage de lapins de poussières qui s’installe sous votre table basse). Essayez de sortir de la maison au moins une fois par jour : Promenez votre bébé dans le parc, rendez visite à des amis (et, si vos amis sont également de nouvelles mamans, vous pouvez échanger des histoires à faire pleurer – et ensuite en rire), promenez-vous dans le centre commercial. Tout ce qui peut vous empêcher d’organiser une autre fête d’apitoiement.

Bougez.

L’exercice physique stimule les hormones de bien-être, les endorphines, et vous donne un état d’euphorie naturel (et étonnamment durable). Alors, inscrivez-vous à un cours d’exercice post-partum (de préférence avec des bébés), regardez une vidéo d’exercice, faites une promenade en poussette (exercices qui se font avec l’aide d’une poussette pleine de bébé) ou allez simplement faire une promenade.

Faites-vous un joyeux casse-croûte.

Trop souvent, les nouvelles mamans sont trop occupées à nourrir leur bébé pour se concentrer sur leur propre alimentation – un gros bobo, car l’hypoglycémie fait chuter non seulement le niveau d’énergie, mais aussi l’humeur. Pour vous maintenir sur un pied d’égalité, physiquement et émotionnellement, rangez des en-cas faciles à manger à portée de main : bâtonnets de fromage, légumes et fruits frais prêts à l’emploi dans le réfrigérateur, sacs de céréales sèches et de mélange de graines dans le sac à couches, un bol de graines de tournesol à côté de votre chaise d’allaitement. Tenté de prendre une barre de chocolat à la place ? C’est très bien de temps en temps, surtout si le chocolat vous rend vraiment heureux – mais ne le faites pas trop souvent, car les hyperglycémies provoquées par le sucre ont tendance à s’effondrer rapidement.

Pleurez – et riez.

Si vous avez besoin de pleurer, allez-y. Mais quand vous aurez fini, allumez votre sitcom préférée et riez aussi. Vous savez ce qu’on dit : Le rire est le meilleur remède.
Continuez à vous rappeler que le baby blues disparaîtra d’ici une semaine ou deux – c’est le cas de la plupart des mères (mais si le sentiment de dépression persiste, parlez-en à votre médecin) – et que vous profiterez des meilleurs moments en un rien de temps.

Bonjour, moi c'est Lolita, j'ai 19 ans et je suis de la région bordelaise ! Je suis très intéressée par les nouvelles méthodes, les techniques de médecine douce, la santé et toutes les astuces pour la maison. C'est pourquoi je suis sur ce site afin de vous donner des conseils, astuces ou des guides pour vous aider au quotidien !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici