Savoir dire non

|

Savoir dire NON… C’est tout un programme. Celui parfois d’une vie toute entière. Apprendre à dire NON avec la tranquillité du petit enfant de trois ans qui le dit à sa mère ou à son père. Sans autre enjeu que celui de s’affirmer. Sans enjeu affectif autre que celui de n’être pas d’accord. Sans l’enjeu suprême de prendre le risque de n’être pas aimé…

Savoir dire NON !

L’enfant est tellement élevé dans l’interdiction de ce mot que l’adulte qu’il devient en a la même peur. On ne dit pas NON. On n’a pas le droit de dire NON. Si tu me dis NON, je ne t’aime plus. Et hop ! La machine infernale -car c’est bien « infernal »- est mise en route.

Dire NON, c’est ne pas être aimé.

Dire NON, c’est ne pas aimer.

Oh ! Ca se joue avec toutes les subtilités possibles : Si tu me dis NON, c’est que tu ne m’aimes pas vraiment. Si tu m’aimais, tu serais d’accord avec moi. Si tu n’es pas d’accord, c’est que tu ne m’aimes pas. On doit être d’accord sur tout… (…quand on s’aime). Les couples unis sont toujours d’accord…

NON, NON, et NON. Il est possible de n’être pas d’accord et d’aimer quand même. Il est de droit de dire NON quand on n’est pas d’accord.

Le piège -car c’en est un- est de se trouver obligé de dire OUI. Par peur que l’autre pense que on ne l’aime pas. Du coup, nous disons OUI à des impossibles, à des intolérables, à des non-voulus.

Et on s’en sent mal. Et on n’est pas bien. Et on s’en veut. Et on s’en veut encore d’accepter, par faiblesse, par force, par peur, par -mon aide orthographique me dit parenthèse- oui, ok, par parenthèses… on s’en veut d’accepter de l’inacceptable. Et ça dure ! Et ça dure ! Ca peut durer toute une vie…

On ne peut dire NON qu’à celui/celle dont on est certain de l’affection. La peur de n’être pas -ou plus- aimé nous prive de cette parole-là. Si le jeune enfant peut dire NON sans problème, c’est qu’il sait -sent-ne sait pas- que malgré ses NON, ses parents l’aiment quand même.

La relation, souvent héritée de l’enfance, entre le NON et le NON-AMOUR est une relation fausse, aberrante, idiote. Mais tellement forte et ancrée en nous !

A nous, en tant que parents, amis, enfants, partenaires, de nous en libérer.

Précédent

Faire son deuil

La relation élastique

Suivant

Je suis une jeune maman de 2 petits garçons, j'ai la trentaine et je suis infirmière. On pourrait dire que j'ai 2 métiers ! Etre maman m'a fait découvrir une nouvelle vision de la vie notamment sur la santé, l'alimentation et le sport. Je vais vous partager toutes mes trouvailles, mes connaissances sur ce blog.

Laisser un commentaire